Avoir un océan entre soi et son espace de recherche

Dans mon cas, et je ne suis pas la seule, la méthodologie de recherche est un peu particulière, et je trouvais cela intéressant de partager les problématiques et réflexions qui l’entourent.

  • Qu’est-ce qui est particulier ?

Le fait de vivre loin (mais vraiment loin ! Environ 6 680 kilomètres ; entre 7 et 8 heures d’avion et un peu plus de 2 heures de train de mon espace de recherche). Pour ma part, l’espace concerné est celui de la Charente-Inférieure (actuelle Charente-Maritime), tandis que je réside en Guadeloupe. Autant dire que les visites aux archives sont plus que perlées du fait même des contraintes de déplacement. Dans le sens inverse, la problématique serait totalement différente puisqu’il est tout à fait possible de travailler sur la Guadeloupe depuis la métropole, sans jamais se rendre sur place mais en consultant les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), les archives départementales ou des villes des ports de l’Atlantique mais aussi celles du Service historique de la Défense.

  • Pourquoi ne pas avoir choisi la Guadeloupe comme espace de recherche ?
    1. Parce que ce n’est pas une histoire que je maitrise suffisamment bien, même si j’apprends et que c’est tout à fait passionnant. De plus, je me rends compte du travail préalable qu’implique un travail sur l’histoire locale, comme je peux le voir avec les recherches de mon conjoint sur la piraterie dans les Antilles au début du XVIIIesiècle (https://www.erudit.org/fr/revues/bshg/2019-n183-bshg04898/1064935ar/, par exemple).
    2. Parce qu’il existe sur place des chercheurs depuis longtemps impliqués et qualifiés dans le domaine, tel que Clara Palmiste (https://www.erudit.org/fr/revues/bshg/2009-n154-bshg02574/1036849ar/, par exemple) pour ne citer qu’elle.
    3. Parce que j’ai vécu, fait mes études, mes recherches et mes publications sur la Charente-Inférieure ce qui m’a permis de développer des connaissances sur l’espace, le contexte politique, économique et social de la période considérée (1870-1914).
  • Ce choix fait et accepté par un directeur de thèse, comment s’adapter ?
    1. Utiliser la mine d’or que constitue Retronews (https://www.retronews.fr), le site de presse de la Bibliothèque de France (BNF) donnant un accès à 1 500 titres publiés entre 1631 et 1950 et qui permet à n’importe lequel de ses abonnés de faire des recherches en ligne où qu’il soit dans le monde. C’est une ressource extrêmement précieuse et que j’aurais appréciée lorsque que j’étais en Master, même si à l’époque j’étais toute proche du centre d’archives.
    2. Travailler, quand cela est possible, avec les archives numérisées des archives départementales (AD), municipales ou autres. Cependant, on y trouve surtout des ressources pour la généalogie ou autres recherches privées (registres paroissiaux, état civil, cadastre…) ainsi que tout ce qui permet de faire un travail mémoriel (dans le cadre du centenaire de la Première Guerre mondiale par exemple). Si cela peut s’avérer très utile, dans mon cas, ce sont les inventaires des AD de Charente-Maritime qui sont, pour le moment, les plus pertinents afin de m’aider à préparer mes visites.
    3. Aller sur place au moins une fois par an, même si cela se révèle être une véritable source de frustration. D’où l’intérêt des inventaires en ligne à consulter avec minutie pour pouvoir cibler les sources à exploiter en priorité. En temps de crise sanitaire, cette préparation est encore plus importante car les inventaires papier ne sont pas accessibles. Il faut également réserver sa place pour la journée ou la ½ journée (en ce qui me concerne, 3 jours en ce mois de juillet) et le nombre de cotes consultables par jours est limité (10 par jour pour ma part) à cause du processus de désinfection.
    4. Bénéficier, dans mon cas, de famille et amies dévouées, prêts à venir passer du temps aux archives pour vous aider.
    5. Avoir des objectifs larges. Le mien c’est de photographier en masse les documents, sans trop trier ou cibler au sein des cotes retenues (ce qui permet de bénéficier de l’aide de personnes qui ont pu être formées à la recherche mais qui ne sont pas forcément compétentes pour cibler précisément sur le sujet). Le tri se fera plus tard, sur le reste de l’année, quand je serai de retour chez moi et donc trop éloignée pour aller aux archives. Je peux alors m’atteler à un vrai traitement et classement avant transcription en attendant le prochain voyage possible aux archives.


Citer ce billet
Élodie Darmont (2021, 13 juillet). Avoir un océan entre soi et son espace de recherche. Réelles et rebelles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tmfy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search