Quand tu t’intéresses aux rébellions du quotidien, tu ne peux pas ne pas t’intéresser au vitriol

Parlons un peu livre, et plus précisément l’ouvrage de Karine Salomé sur le vitriol, publié en 2020 aux éditions Champ Vallon.

Dans Vitriol, Les agressions à l’acide du XIXe siècle à nos jours, Karine Salomé propose d’analyser ce type particulier de violence : souvent évoqué comme un simple acte d’agression parmi d’autres, l’autrice met au contraire le vitriol au centre de son étude, largement documentée par une abondance et une variété de sources, parmi lesquelles les sources judiciaires (cour d’assises essentiellement), la presse, la littérature, les écrits scientifiques… L’agression au vitriol consiste le plus souvent à asperger le visage de la victime avec un flacon ou une bouteille d’acide : si l’attaque est rarement mortelle, elle défigure la personne visée, ce qui est l’objectif recherché.

Si la période étudiée peut sembler large, le propos se concentre en grande partie sur les années 1870-1910, les plus couvertes par les sources. En effet, avant 1870, le vitriol est essentiellement utilisé à des fins industrielles et, après 1914, son usage se perd peu à peu avant de réapparaitre dans l’histoire récente, non plus à l’usage des femmes essentiellement mais plus majoritairement contre elles. De plus, l’expression « vitriolage » apparait en 1873 pour définir l’usage de cet acide à des fins d’agression criminelle. S’il y a nécessité de créer un terme spécifique, c’est sans doute que cela représente un phénomène plus prégnant durant cette période.

Quant à l’espace déterminé pour l’étude, Karine Salomé retient la région parisienne pour l’essentiel de son ouvrage (sur la période 1870-1910) et s’envole dans le reste du monde pour la période la plus récente. Toutefois, bien que centrée quasi exclusivement sur les sources de la Seine, son propos s’élargit parfois et sort de cette région, pour faire une large place à la comtesse de Tilly, cas particulier en soit puisqu’issue de la petite noblesse provinciale, celle de la ville de Saintes (Charente-Inférieure). Cette dernière vitriole la maîtresse de son époux en 1880 et passe aux assises dans le cadre de cet acte criminel. A ce titre, l’ouvrage de Karine Salomé est important pour moi puisque ses analyses sur Mme de Tilly viennent enrichir et éclairer ma propre réflexion, la jeune comtesse étant partie intégrante de mon corpus. A ce cas particulier vient s’ajouter, pour ma part, quatre autres cas de vitriol. Trois sont jugés aux assises de Saintes et un par le tribunal correctionnel. Ces actes ont en commun d’être commis par des femmes, pour des raisons sentimentales (sauf dans le cas jugé en correctionnel qui est plus mystique), sur une période allant de 1880 à 1910, le cœur donc de l’étude proposée par ce livre. Si les femmes s’en prennent le plus souvent à d’autres femmes, dans mon corpus, deux victimes sont des femmes quand deux autres sont des hommes. Enfin, toutes ces affaires sont traitées par la presse mais de manière diverse selon le rang social de l’accusée, mais aussi selon les époques. Mme de Tilly, au regard de son statut social et de la période, se voit attribuer plusieurs colonnes dans la presse du département et des autres départements de France, jusqu’à la presse nationale. En revanche, plus on avance dans le temps, plus l’intérêt de la presse s’émousse et, en 1910, pour la dernière affaire qu’il m’est pour le moment donnée de recenser, à peine une demi-colonne lui est consacrée. La presse joue donc un rôle important dans la « popularité » de ce type de crime en particulier et de l’opinion que la population se forge.

Karine Salomé brasse tous ces thèmes et plus encore dans son ouvrage d’une grande clarté, riche, solidement documenté, passionnant et tout à fait éclairant.

Je l’ai dévoré et y ai trouvé de nombreux intérêts pour éclairer mes propres sources. Le vitriolage est un sujet qui m’intéresse particulièrement car il s’agit d’un geste de rébellion de la part de femmes qui n’admettent plus – et qui rejettent – une situation individuelle jusque-là subie. 



Citer ce billet
Élodie Darmont (2021, 13 août). Quand tu t’intéresses aux rébellions du quotidien, tu ne peux pas ne pas t’intéresser au vitriol. Réelles et rebelles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tmfz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search