Réflexions à plus d’un titre

Mieux vaut tard que jamais, dit le proverbe. Eh bien, dans mon cas, c’est très tard depuis le dernier billet mais pas trop tard pour partager les réflexions en cours autour du titre de ma thèse. Le titre initial, provisoire, m’a soudain semblé incomplet et un peu bancal j’y reviens plus bas. 

  • Une rentrée chamboulée, une fin d’année 2021 perturbante.

Après un mois d’août confiné pour cause de 4e vague de Covid, nous avons enchainé avec une rentrée en distanciel, le dit confinement se poursuivant. Aucun des repères habituels n’étant réellement mobilisables, il a été nécessaire de mettre en œuvre beaucoup d’énergie pour s’adapter (encore !), ce qui en laissait beaucoup moins pour travailler sur ma thèse. C’était aussi ma première rentrée en tant que doctorante. Il fallait donc trouver un équilibre entre thèse et travail, ce qui n’est pas aussi évident qu’il pourrait paraitre. Ce fragile équilibre mis en place, notre quotidien a encore été bouleversé par un mouvement social d’ampleur qui nous a contraint à rester chez nous et à « travailler » à distance avec nos élèves, une nouvelle fois. Il a donc été nécessaire de repenser à nouveau la gestion du temps et ma thèse avait souvent tendance à passer « après ». Un « après » qui recouvre un grand nombre d’activités sans lien aucun avec le doctorat et, a fortiori, bien loin du blog. 

Pour autant, par petites touches puis plus franchement ces dernières semaines, les différents travaux ont avancé :

  1. Un grand nombre de transcriptions ont été réalisées, principalement avec Retronews.
  2. La bibliographie s’est étoffée et les lectures en son sein ont progressé. C’est l’exercice dans lequel je rechigne toujours un peu à me mettre mais dont il est évident que la richesse des apports est totalement indispensable. Et il en a été ainsi des réflexions autour du titre de ma thèse dont je parlais dans la première ligne et qui font l’objet du cœur de ce billet.
  • Revoir le titre, une soudaine nécessité.

Pour mémoire, le titre initialement proposé était le suivant : Contestation et rébellions féminines en Charente-Inférieure (1870-1914). Avec cette première proposition, le concept de révolte avait été laissé de côté, non pas de la réflexion mais seulement du titre car il semblait moins essentiel que ceux de rébellion et de contestation, qui, centraux, devaient figurer en avant. Cependant, des lectures récentes (une bibliographie succincte sera proposée en fin de billet) m’ont amenée à revoir cette première idée et donc à modifier le titre.

Pourquoi ?

Tout d’abord en raison de l’étymologie même du mot, « révolte » trouvant son origine dans l’italien rivolta, « se tourner contre » quelque chose ou encore se dresser contre l’autorité établie ou contre l’ordre institutionnel. En cela, le panel des femmes de Charente-Inférieure pour le moment constitué semble bien répondre à cette définition de la révolte, ces dernières se retournant bien contre un ordre établi, qu’il soit domestique ou institutionnel. Si l’on ajoute à cela que la rebelle n’a pas de plan et est « simplement » dans l’action alors il n’est déjà plus possible de laisser le concept de côté et cela sans aller plus loin dans la réflexion. Pour autant, il n’est pas question de ne pas poursuivre au-delà.

“Qu’est-ce qu’un homme révolté ? Un homme qui dit non. Mais s’il refuse, il ne renonce pas […]”

Camus, Albert, L’Homme révolté, Paris, Éditions Gallimard, 1951, p. 25

Camus réfléchit bien, comme la plupart des auteurs jusqu’à présent consultés sur le sujet, à l’homme révolté. Néanmoins, l’ensemble des réflexions qui en émergent semble parfaitement s’appliquer aux femmes. D’où leur réappropriation ici comme dans la thèse elle-même. 

Cette réponse par la négative de la personne révoltée correspond bien à une réaction face à l’injustice qui la frappe directement ou son groupe tout entier. C’est ainsi que par cette révolte, les femmes autant que les hommes, tentent de poser de nouvelles frontières à des situations qui ne leur conviennent plus telles qu’elles étaient vécues jusqu’à présent.

La révolte constitue donc également une perte de patience face à une situation vécue et subie. En tant que mouvement, elle se situe de ce fait dans l’agir et c’est aussi cet agir, autant que ses causes, qui sont l’objet d’une étude pour les femmes de Charente-Inférieure entre 1870 et 1914.

Mon sujet couvre tout à la fois les groupes constitués (surtout en fin de période) et les actions individuelles qui peuvent être ou non conscientisées. Il invite par conséquent à analyser tout autant les rébellions que les révoltes, liées l’une à l’autre, la seconde initiant souvent la première. Si la rebelle refuse d’appartenir à quelque chose en s’opposant à la société ou aux institutions, elle relève plutôt, en l’état actuel des observations liées à mon corpus, d’un comportement collectif et conscient des changements souhaités et des situations d’oppositions dans lesquelles elle est susceptible de se positionner. La conscientisation d’une opposition à la société peut évidemment être individuelle mais l’agir semble quant à lui être dans le collectif plus particulièrement. Ainsi, les revendications concernant les droits politiques ou le droit du travail (dans le cas des institutrices par exemple) sont pensées « en réponse à ce que l’époque donne à penser ou à assumer » (Benasayag, Miguel, « Avons-nous toujours raison de nous révolter ? », in « La révolte », Études, 208/5, Tome 408, p. 662-671).

D’où la volonté de donner une place centrale au concept de révolte, au même niveau que ceux de rébellion et de contestation et donc de proposer le nouveau titre provisoire suivant : Révoltées et rebelles. Les contestations féminines en Charente-Inférieure (1870-1914).

Bibliographie indicative :



Citer ce billet
Élodie Darmont (2022, 6 février). Réflexions à plus d’un titre. Réelles et rebelles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tmg0

Une réflexion sur « Réflexions à plus d’un titre »

  1. Cette réflexion sur la question de la définition de la révolte ou de la rébellion est vraiment intéressante !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search