Question de méthodes

Le temps passe à toute vitesse et voilà déjà bientôt un an que le blog est ouvert, un an et demi que j’ai commencé mes recherches et 7 mois que je suis inscrite officiellement. Il me semble donc intéressant de faire un bilan pour rappeler brièvement les sources que j’utilise mais aussi pour expliquer ma manière de travailler et de m’organiser avant de conclure sur l’avancée de mes travaux de recherche.

  • Quelles sont mes sources ?
    1. Les sources en ligne : la presse sur Retronews, quelques imprimés (la BNF toujours), les états civils, les recensements et les fonds iconographiques.
    2. Les fonds municipaux, notamment pour ce qui est des associations, même si la collecte est assez peu importante, elle est souvent de qualité.
    3. Les séries des archives départementales :
      • Série U pour tout ce qui relève de la justice
      • Série Y pour les requêtes et réclamations des détenues qui donnent accès à un certain nombre de lettres, souvent de la main des femmes emprisonnées.
      • Série T pour tout ce qui touche à l’enseignement et à son personnel
      • Série M pour les sources liées à la police, la gendarmerie, la surveillance, les suspects politiques, les réunions publiques, les associations…
Poste de travail
  • Comment je m’organise ?

Je suis du genre carnets, post-it, listes et agenda.

  1. J’ai donc des carnets pour :
    •  La prise de note bibliographique (oui je sais, il y a Zotero qui est efficace et fait gagner du temps… mais pas à moi ; j’ai besoin de griffonner, de faire des schémas, de poser par écrit pour comprendre et assimiler et ça a toujours été comme ça. Alors j’ai bien entendu qu’il existe de formidables outils mais pas pour moi jusqu’à maintenant. Une des premières leçons que j’ai retenu de mes études c’est qu’il vaut mieux s’adapter à soi qu’à la norme ou à la mode du moment)
    • Les notes de cours/séminaires suivis
    • Les citations que je voudrais pouvoir réutiliser, les idées à développer en introduction et conclusion, les idées de plan (ça a bien fonctionné, j’y reviens ensuite)
  2. Au niveau des listes j’ai :
      •  Des post-it collés sur l’écran de mon ordinateur avec tout ce que je dois faire dans l’absolu pour ne pas le perdre de vue.
      • Un to-do list mensuel que j’essaie de ne pas rendre trop ambitieuse afin de pouvoir la mener à bien. Maximiser les chances de tout faire est un moyen pour moi de garder le moral puisque j’ai atteint les objectifs fixés. En revanche, lorsqu’il m’arrive de la faire trop longue et de ne pas pouvoir la terminer, alors cela m’angoisse. De fait, je préfère en mettre moins et faire « en plus » si besoin.
      • Ces tâches mensuelles sont ensuite réparties dans mon agenda, de manière hebdomadaire, en fonction de la charge de travail autre que celle liée à la thèse. En ce moment par exemple, les objectifs sont minimalistes puisque l’on est entré dans la période des examens (oraux, surveillance et bientôt corrections) mais aussi de toutes les réunions de fin d’année bilan/préparation de la rentrée), sans compter la dernière ligne droite pour la préparation des candidats aux oraux des concours.
  3. Avec toutes ces listes, vous l’aurez compris, je suis du genre à aimer planifier. J’ai en effet besoin de ce genre de discipline pour me permettre d’avancer sans que les choses partent dans n’importe quelle direction et que j’ai ensuite du mal à tout rassembler. Cette rigueur me conduit à me fixer une journée chaque semaine consacrée à la bibliographie (lecture et prise de note), de même qu’un temps pour les réseaux et le blog (plutôt les réseaux que le blog d’ailleurs) et pour les mails. Je concède que c’est peut-être un peu rigide mais cela correspond à ma personnalité et à mes besoins.
  • Ce que j’ai fait depuis que j’ai commencé les recherches 
    1. J’ai transcrit, énormément, même s’il en reste encore ; j’ai compté, beaucoup, et cela dessine des premiers résultats, parfois différents des perceptions et c’est intéressant.
    2. J’ai lu, bien que le chantier demeure colossal.
    3. J’ai mis par écrit un premier plan pour ma thèse qui convient dans ces grandes lignes à mon directeur
    4. J’ai rédigé un article, à paraitre en fin d’année et sur lequel nous aurons l’occasion de revenir.

Il me semble que faire ce type de bilan est imposant car cela permet de faire le point sur les avancées et de se rendre compte que ça avance justement, ce qui est essentiel. Cela permet aussi de voir ce qui n’a pas fonctionné et de faire le tri sur les points sur lesquels il faut persister ou lâcher prise (Zotero pour le moment dans mon cas ou encore le blog sur lequel je persiste mais où j’ai un fort sentiment d’imposture, très souvent, d’où la rareté des écrits). Ce qui a été difficile au début pour moi c’est de trouver un équilibre entre mon emploi du temps au lycée, les préparations de cours, les copies à corriger… et la thèse. Et ce sont les diverses planifications qui m’ont aidées à trouver une stabilité et un rythme de vie qui me convient. Établir une routine (aller marcher pour commencer la journée ou faire une séance de yoga, méditer tous les jours, me coucher tôt et me lever tôt car je suis plus efficace le matin) et travailler dans un cadre agréable (à la maison, dans un environnement calme et apaisant, avec vue sur la mer).



Citer ce billet
Élodie Darmont (2022, 29 mai). Question de méthodes. Réelles et rebelles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tmg2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search