“Vous verrez qu’il me tuera”

 

Archives Départementales de la Charente-Maritime (AD 17) – Série U – 1894 

1894 – 2022, les mécanismes de pensée et de défense, empreints d’un déni plus ou moins réel, semblent inlassablement identiques.

Mon corpus regorge de violences en général : des femmes violentes, des femmes violentées. Les premières, toutes dignes d’intérêt, sont aujourd’hui laissées de côté, pour nous concentrer sur les secondes. On constate indéniablement que les violences subies sont nombreuses, sans oublier toutefois que celles qui nous parviennent ne sont que celles qui ont été judiciarisées à un moment ou à un autre.

Ne pouvant traiter l’ensemble des situations et ne prétendant pas à l’exhaustivité dans ce billet, je fais aujourd’hui le choix de ne parler que des femmes mortes du fait des violences de leurs maris. Pourquoi ? Tout d’abord, parce que nous sommes le 25 novembre. Ensuite parce que, bien que les faits aient eu lieu il y a plus de cent ans (entre 120 et 130 ans), ils m’ont bouleversée au plus haut point, générant un ruissèlement de larmes sans fin et un malaise qui ne se manifeste habituellement pas à la lecture des sources. Sans doute parce qu’elles rappellent – trop – l’actualité. L’affaire qui m’a le plus touchée est sans aucun doute celle dans laquelle l’épouse a déposé plainte et demandé, puis obtenu, le divorce d’avec son mari. Malgré tout, ce dernier poursuit son harcèlement quasi quotidien et, un mois et demi après le divorce, il tue sa femme.

« Cet homme étant toujours ivre et la vie étant intolérable avec lui, je me vois dans l’obligation de le quitter, car un jour ou l’autre il me tuerait [sic] »

AD 17 – Série U – 1897

Il est condamné aux travaux forcés à perpétuité et déporté en Guyane où il décède 27 ans plus tard.

Illustration de Kevin Porcher

Cette affaire et le verdict rendu tendent bien à démonter, comme l’explique Victoria Vanneau, que la justice du xixe siècle se penche sur cette problématique sociale. Le principal problème de la justice d’alors n’est donc pas son manque d’intérêt mais plutôt de réussir à déterminer comment s’y prendre alors qu’aucun texte de loi ne lui donne la main sur ce sujet. Les choses changent en 1825 lorsque la Cour de cassation reconnait la compétence des juridictions pénales en matière de violences dans le couple quel que soit la qualité de la victime.

Pour autant, si la justice s’autorise désormais à juger ces violences, elle ne semble pas les catégoriser à part des autres crimes de sang. C’est ainsi que dans mon corpus, on va parler de « meurtre » ou « d’assassinat », sans préciser la qualité de la victime. Un seul acte d’accusation se montre précis sur ce sujet, indiquant « meurtre de sa femme ».

N’étant pas moi-même une spécialiste du droit, je vous renvoie à l’ouvrage indispensable, très clair et très précis de Victoria Vanneau indiqué en bibliographie de ce billet.

Pour autant, les archives judiciaires restent pour moi une source précieuse, car elles regorgent d’interrogatoires, de témoignages, parfois de lettres et de plaintes qui informent sur l’état d’esprit de ces femmes, sur ce qu’elles subissent, sur le fatalisme, bien souvent, face aux situations qu’elles doivent affronter. 

On constate tout d’abord que, si certaines de ces femmes sont très isolées, d’autres n’hésitent pas à s’ouvrir à des membres de leur famille, à des voisins.ines, des ami.e.s et mêmes parfois à de simples connaissances. Cela pourrait paraitre étonnant mais les faits sont souvent déjà connus par l’entourage qui peut constater des stigmates de coups mais qui surtout entend et surveille ce qui se passe « à côté ».

Dans les cas qui occupent mon corpus, nous sommes après 1884, le divorce entre donc dans le domaine du possible pour les femmes. On l’a vu plus haut, l’une des victimes y recourt, sans pour autant pouvoir échapper à son bourreau. Quel que soit la situation ou la décision de la victime, on note cependant que chacune d’elles a conscience du fait que sa vie est menacée. La première pense sauver sa vie en divorçant quand une autre préfère s’épargner le divorce, persuadée que cela ne changera en rien sa situation.

« Que je divorce ou que je ne divorce pas, ce sera la même chose, vous verrez qu’il me tuera, il a dit qu’il me tuerait. »

AD 17 – Série U – 1894

Une certaine résignation s’exprime chez cette dernière qui n’entrevoit aucun moyen d’échapper à ce qu’elle semble penser être « son destin ». Elle s’est ouverte de sa situation à sa mère, sa sœur, des ami.e.s et même à sa modiste. Cette dernière fait part de son étonnement quant à l’attitude et au comportement violent que la jeune femme (19 ans) décrit de la part de son mari. Cette dernière lui rétorque :

« Je voudrais bien vous y voir, vous, un homme qui a toujours un revolver… vous ne le connaissez pas. »

AD 17 – Série U – 1894

Ce mariage, qui dure environ 6 mois, n’a été ponctué que de crises, de violences et de tentatives de meurtre (il essaie de pousser sa femme au suicide à deux reprises au moins), entrecoupé d’excuses et de réconciliations plus ou moins brèves.

Dans d’autres cas, les souffrances et les violences sont supportées de longue durée : 

« […] dès les premiers temps de son mariage, l’exposante eut à se plaindre de la conduite de son mari qui s’adonnait à l’ivrognerie d’une façon constante, l’injuriait et la frappait continuellement. »

AD 17 – Série U – 1897

Cela va perdurer pendant 10 ans. L’épouse explique, lors de son dépôt de plainte, qu’elle l’aurait quitté tout de suite après le début de leur mariage s’il n’y avait pas eu l’enfant issu du premier mariage de son mari. En effet, elle indique avoir voulu le protéger des violences de son père.

Ainsi la présence d’enfants est-elle souvent un motif pour ne pas s’éloigner d’un mari violent qui est bien souvent également un père violent.

Dans tous les cas relevés dans mon corpus, les preuves des violences sont nombreuses et irréfutables :

« Je l’aurai, morte ou vivante »

AD 17 – Série U – 1894

« Elle [sa belle-mère] accourut et vous vit la tenant [sa femme] par le bras et la menaçant de votre ceinture de cuir. Vous avez bousculé votre belle-mère sur le palier et vous vous êtes enfermés à clef avec votre femme. »

AD 17 – Série U – 1894

« […] il m’a saisi à la gorge et m’a serrée fortement, son fils Charles s’est levé et est venu me défendre. Furieux et poussé par l’alcool, il a pris une hachette et m’a menacée de me frapper […] »

AD 17 – Série U – 1897

Dans chacune des situations, les mécanismes de défense sont les mêmes. Soit l’assassin réfute être violent, soit il fait passer ça sous le coup de la plaisanterie mal comprise ou encore il tente de se trouver des circonstances atténuantes ou justifiantes en accusant sa victime, qui ne peut plus se défendre, de mauvaise conduite :

« Je n’ai commis aucun acte de violence »

AD 17 – Série U – 1894

« […] les menaces je les faisais en riant. »

AD 17 – Série U – 1894

« […] si je l’ai menacée, c’était en rigolant. »

AD 17 – Série U – 1897

Il y aurait encore beaucoup à dire mais ce billet ne peut prétendre à l’exhaustivité. Notons toutefois cet ultime constat. Si la justice parait plus impliquée qu’on ne le pense souvent, il en va de même pour la société qui semble moins tolérante avec les époux violents (au moins dans les classes plus populaires, les milieux bourgeois opérants une sorte d’omerta), surtout lorsque cette violence entraine la mort :

« […] son fils Charles s’est levé et est venu me défendre »

AD 17 – Série U – 1897

Les femmes en particulier se mobilisent et interviennent pour manifester leur point de vue et leur désapprobation :

« Les voisins commencèrent à dire qu’il avait assassiné sa femme, les femmes surtout répétaient : “Comment, on ne l’arrête pas ?” »

AD 17 – Série U – 1894

« Il demanda de l’argent à sa femme, qui refusa de lui en donner […]. [Il] s’emporta et la frappa d’un coup de poing. Sa fille aînée […] se plaçant entre sa mère et son père, dit résolument à ce dernier : “Tu ne frapperas pas ma mère !” »

Retronews – Écho rochelais – 1891 

On le constate donc au travers de ces quelques exemples, l’acceptation, tant par la justice que par la société, n’est pas aussi évidente qu’on se l’imagine parfois. Si certains gestes sont tolérés, héritage du droit romain retranscrit dans le Code Napoléon, l’extrême violence entrainant la mort ne l’est plus et les violences quotidiennes sans entrainer la mort le sont moins.

Bibliographie :

  • Vanneau, Victoria, La paix des ménages. Histoire des violences conjugales, xixe-xxie siècles, Paris, Anamosa, 2016.

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-cours-de-l-histoire/dominer-jusqu-a-la-mort-du-crime-passionnel-au-feminicide-8918714



Citer ce billet
Élodie Darmont (2022, 25 novembre). “Vous verrez qu’il me tuera” Réelles et rebelles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tmg4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search