La thèse autrement

Faire une thèse, ce n’est pas seulement chercher, analyser, synthétiser […], rédiger et soutenir. C’est aussi tout un tas d’activités annexes, plus ou moins chronophages et plus ou moins intéressantes (la partie administrative par exemple). Parfois, elles sont imposées (et ce sont en général les moins drôles) et parfois elles sont choisies.

Aujourd’hui, je voudrais vous parler d’une activité annexe que j’ai choisie. Il s’agit du concours « Dessine ta thèse ». C’est un concours francophone de BD, ouvert aux doctorants et dont le but est de vulgariser son sujet au moyen de la bande dessinée.

Avant-Après la mise en couleur

Cette dernière doit être composée de 5 à 10 planches. Pour cela, si comme moi on a un niveau de dessin qui n’a pas évolué depuis la maternelle, on peut se faire aider d’un dessinateur. Dans mon cas, il s’agit de mon conjoint, Kevin Porcher, docteur en histoire et spécialisé dans la piraterie française dans les Caraïbes au début du XVIIIe siècle.

L’inscription se fait de manière très simple sur le site et la transmission de la BD se fait par mail, avant le 15 avril pour l’année 2023.

Chacune des réalisations soumises est évaluée par un jury composé de 4 membres, présentés sur le site du concours. Ils établissent un classement des différentes productions transmises et les trois premiers reçoivent un prix, à partager avec le dessinateur si l’on n’occupe pas les deux fonctions.

Si vous voulez en savoir plus sur le concours, suivez le lien : https://dessine-ta-these.com

Pour moi, ce concours est une occasion en or de mettre à l’honneur les femmes ayant vécues en Charente-Inférieure entre 1870 et 1914. Kevin et moi nous sommes donc lancés dans l’aventure.

La couverture de notre BD

Comme l’indique le site Internet du concours, l’un des intérêts de participer, c’est de pouvoir ajouter une ligne à son CV. Mais c’est loin d’être le seul avantage. Voici quelques éléments qui, selon moi, font l’intérêt d’une participation, à ce concours :

  • C’est d’abord un formidable exercice de synthèse qui oblige à cibler les points essentiels à la compréhension du sujet mais qui permet aussi de prendre un temps d’arrêt et de s’offrir un moment de recul sur le sujet. C’est un nouveau souffle en quelque sorte.
  • Quand on n’est pas soi-même le dessinateur, c’est aussi un riche moment d’échanges avec l’artiste qui doit transformer en image ce que vous avez trouvé et rendre l’ensemble parlant.
  • Ces échanges, mais aussi le choix des scènes représentées, peuvent soulever de nouvelles questions auxquelles on n’avait pas nécessairement pensé au premier abord. Ces démarches invitent donc à repenser certaines conclusions, à les approfondir ou à les élargir. Cela renforce donc la recherche.
  • Enfin, cela permet de vulgariser la recherche en faisant en sorte de la rendre accessible et en partageant avec un grand nombre de personnes, en dehors de la communauté scientifique, le fruit de nos découvertes.
Extraits de diverses planches


Citer ce billet
Élodie Darmont (2023, 13 avril). La thèse autrement. Réelles et rebelles. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tmg6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search